La vie des objets

Les artisans, par leurs gestes, sont des faiseurs de rêves.

Ici les matières se transforment, s’hybrident. Les images rencontrent les imaginaires, et chaque rencontre fait naître un nouveau rêve. Comme autant de mondes potentiels, le tangible se mêle au sensible et à l’immatériel.

Alchimistes et inventeurs, avec leurs corps et leurs outils, les artisans expriment et façonnent leurs imaginaires matériels. Le détail est leur espace céleste, tels des explorateurs de la matière, curieux de tout, ils transforment et créé dans l’infiniment petit.

Pour réaliser ces images, les photographes se sont rendues dans les ateliers des artisans, pour mieux appréhender leurs univers si singuliers. Comme des enfants dans un magasin de jouet, elles ont ainsi découvert la richesse de ces métiers d’art, entre technique et poésie. Elles ont alors capturé les matières, les outils, les chutes, toujours dans l’optique de créer l’inattendu, l’étrange.

Par la chimère photographique, elles ont a leur tour transformé la matière, transformé les objets. Les images deviennent alors des songes, des représentations du souvenir de ces moments passés avec les artisans.

Les jeux d’échelle nous plongent quant à eux dans le regard des artisans, au plus proche de la matière.
Enfin quand le corps devient outil, le geste se décompose. La succession de micro-mouvements créé alors une danse, un rituel.

Ces images invitent à un voyage poétique dans la matière, où l’imaginaire de chacun entre en jeu et les objets prennent vie.

_______

Cette série documente notre intimité, notre proximité avec les objets. Elle est une manière de donner à voir et à sentir la puissance joyeuse de nos imaginaires matériels. C’est-à-dire l’expression de ce plaisir d’être affecté, touché, ému par la matérialité poétique du monde. Elle est un point de départ pour re-parer le monde de sa beauté.

La photographie, comprise comme discipline qui étudie et explore les traces que la lumière laisse sur nous et que nous laissons sur elle, est une manière de documenter nos rapports au monde. Camille et Charlotte m’ont accompagné de leur savoir-faire et de leur regard pour rendre compte de ce qu’il y a de notre « main » dans notre « œil » et de ce qu’il y a de la vue dans le toucher, créant une sorte de pendant au « point de vue » avec l’idée qu’il existe peut-être un « point de touche » dont témoigne chaque métier d’art.

Avec le « point de touche » les matières se transforment, se métamorphosent, révélant ce qu’elles ont de sensuel plus que de formel. Alors, la laque se fait méduse, le pinceau ciel cosmique, les objets êtres vivants, dieux fétiches, la dureté ondulation colorée, le bois matière souple, les veines cartographies imaginaires, pelages, transparences, les écailles deviennent volcans, eaux ondoyantes, les fibres textiles se font rhizome, méduses, les plis évoquent les mouvements chthoniens qui ondulent la terre, la compression devient une caresse, le monde exhale toute sa poésie matérielle. C’est toute une industrie de la poésie, de la justesse et de la joie qui se donne à voir.

Les œuvres rassemblées dans ici sont le produit de ces rencontres entre des humains, des matières, des regards, des sensualités, des gourmandises et la joie que notre technique peut nous procurer en nous faisant toucher le monde.

Aurélien Fouillet, auteur de La vie des objets, les metiers d’art, une écosophie pratique

___

Travaux de Lauriane Obry, Cédric Breisacher, Anna Le Corno, Steven Leprizé, Jean-Luc Seigneur, Nicolas Pinon & Dimitry Hlinka, Tony Jouanneau et Harumi Sugiura.

___

> Pour consulter le catalogue de l’exposition La vie des objets.